PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz
« Les agriculteurs devraient être déclarés d’utilité publique tant la France a besoin d’eux ! »
Partager (1 944)
Tweeter

Matière et entretien

Dessus / Tige: Cuir et textile

Doublure: Textile

Semelle de propreté: Textile

Semelle d'usure: Matière synthétique

Épaisseur de la doublure: Doublure protégeant du froid

Détails du produit

Bout de la chaussure: Rond

Forme du talon: Plateforme continue

Fermeture: Laçage

Motif / Couleur: Couleur unie

Informations additionnelles: Deuxième paire de lacets incluse

Référence: NI111A0AT-N11

Nike Sportswear
Suivre
Baskets GAME basses LOW S Diadora ZUYqw14U
Vous aussi, envoyez votre tribune PRM Nike AF1 basses Sportswear JESTER Baskets
édition abonné

PRM Sportswear Nike basses Baskets JESTER AF1 46SPwz

La colère des agriculteurs est légitime et dangereuse, selon Sylvie Brunel, géographe, écrivaine et ancienne présidente d’Action contre la faim, qui estime que la profession doit être déclarée d’utilité publique tant la France a besoin de ses paysans.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir AF1 Baskets Nike Sportswear JESTER PRM basses Ajouter

A une manifestation, le 2 février 2016, à Boulogne-sur-Mer, contre la baisse des prix de produits de l'agriculture. DENIS CHARLET/AFP

La colère des agriculteurs prend au dépourvu le pays. Elle couvait pourtant depuis longtemps. A travers les manifestations, c’est un profond malaise qui s’exprime. Les agriculteurs n’occupent plus qu’une place minime dans une société française devenue urbaine et qui a oublié la peur de manquer. Ils sont ainsi victimes de leurs réussites : si nous avions encore faim, si comme hier nous payions encore cher une nourriture incertaine, nous serions plus attentifs à la souffrance des campagnes.

Mais la France est devenue le troisième exportateur mondial de blé, le premier de semences, sur 5 % seulement des terres cultivées de la planète. Elle assure le cinquième de la production européenne. L’excellence de nos produits les rend attractifs dans le monde entier en soulageant le déficit de notre balance commerciale. Nous nourrissons l’Afrique du Nord, où le prix de la nourriture conditionne la paix sociale.

Alors que le changement climatique menace la sécurité alimentaire mondiale et que la montée des classes moyennes exige une alimentation de qualité, produire reste un impératif : il faudra un milliard de tonnes de céréales en plus d’ici à 2050. Le retour de la faim et la guerre menacent les pays qui négligent leur sécurité alimentaire. Partout l’agriculture est devenue stratégique. Partout, sauf en France.

Pour produire bon et sain, encore faut-il être correctement rémunéré. Et respecté pour son travail. Non seulement les paysans français travaillent trop souvent à perte, mais ils subissent sans cesse des attaques qui les découragent car elles méconnaissent la réalité de leurs pratiques.

Un emploi agricole en génère cinq

En un quart de siècle, les campagnes ont vécu une véritable révolution. La montée des exigences écologiques a bouleversé le travail de la terre comme l’élevage. L’agriculture de précision est devenue une réalité partout, autant dans le bio que dans le conventionnel, dont les méthodes convergent de plus en plus....

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ?

« Les agriculteurs devraient être déclarés d’utilité publique tant la France a besoin d’eux ! »

Il vous reste 67% de l'article à lire

Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés